Catégories
Art urbain Evénement Photographie Technologie

Lancement de la V2 d’Urbacolors

Urbacolors, c'est un projet de réseau social dédié à la découverte du Street Art à l'échelle mondiale, né de notre passion pour la ville, un lieu ouvert de partage entre artistes et amateurs d'art, photographes et tagueurs. Prenez une photo, partagez la, échangez avec votre communauté, renseignez vous sur un artiste. Bref, le meilleur de Facebook et de Wikipédia dédié au Street Art.

Catégories
Art Art urbain Evénement Photographie

Les Mystères du Grand Paris

Il y a quelques semaines, nous avons eu la chance de rencontrer l’équipe des Mystères du Grand Paris au NUMA. Leur envie de nous faire découvrir Paris et sa banlieue à travers la création artistique nous a tout de suite séduit. D’autant qu’ils comptent sur chacun de nous pour illustrer la richesse de ce territoire à l’identité naissante. Mais en quoi consiste ce projet ?

Catégories
Art urbain

L’urbavidéo du mercredi S3 #47 – Banksy in NYC

Le plus médiatisé des street artistes dont l’identité est préservée s’installe pour le mois d’octobre à New-York. Après un trailer où des terroristes islamistes abattent… Dumbo pour annoncer le quartier où il poserait ses bombes, il a choisi de s’attaquer aux camions de livraisons pour faire passer divers messages avant de vendre aux rabais des oeuvres habituellement estimées à 30.000 euros. Chaque jour, ses exploits sont largement documentés sur le site http://www.banksyny.com/. Notez bien qu’Halloween correspond au dernier jour du mois. Il faut s’attendre à voir débouler des pochoirs sur des citrouilles.

Catégories
Cartographie Ville numérique

L’urbavidéo du mercredi S3 #46 – Crop the block

vidéo et cartographie font bon ménage à Paris. Après Cinémacity, voici Crop The Block. Ses créateurs expliquent qu’ils aiment un « Paris qui vibre, où chaque quartier a sa propre vie, son style et sa personnalité ». Leur idée est de donner la parole à de jeunes réalisateurs pour illustrer les quartiers qui leur plaisent. Lumineux non ?

Catégories
Architecture

L’urbavidéo du mercredi S3 #45 – Imprimante 3D et Architecture

On en parlait plus tôt dans l’année, l’impression 3D a le vent en poupe. Que se soit pour
reproduire une pièce défectueuse, une arme ou bien une figurine à votre effigie, les possibilités semblent infinies. Qu’on le déplore ou qu’on s’en réjouisse, l’architecture ne reste pas à l’écart de ce mouvement. Le principe présenté dans cette vidéo des excellents conférences TEDx est simple. Partant d’un modèle numérique, il serait possible d’imprimer à peu près n’importe quelle forme, même dans les conditions les plus extrêmes. Ainsi, Behrokh Khoshnevis estime qu’il est possible d’imprimer des bâtiments sur la Lune. A l’avenir, chacun pourra potentiellement imprimer sa maison. Ne plus reste plus qu’à choisir son style. Les starchitectes ont des soucis à se faire question plagiat…

Catégories
Art urbain

L’urbavidéo du mercredi S3 #44 – 10 years of Wooster Collective

La galerie Jonathan LeVine fête les 10 ans du très influent « Wooster Collective » du 7 au 24 Août 2013 à New York. Nous avons eu la chance de pouvoir y passer et d’admirer les oeuvres de plus de 50 artistes locaux et internationaux sélectionnées par Sara et Marc Schiller. Voici quelques unes de nos photos ainsi qu’une vidéo du vernissage. Il vous reste un jour pour en profiter. Sinon, vous pourrez toujours admirer les fresques réalisées pour l’occasion.

Catégories
Technologie

L’urbavidéo du mercredi S3 #43 – Lapcat, Skytran, Hyperloop

L’été regorge de blockbusters d’anticipation et nous avons décidé de surfer sur cette vague. Voici une sélection de trois vidéos présentant des projets de transports futuristes à différentes échelles : Vols intercontinentaux dans un supersonique deux fois plus gros que l’A380, voyage en tube autour du globe à 6.500 km/h et transport urbain à la demande ultra-rapide par lévitation. A l’heure des échanges instantanés par internet, les besoins de déplacements physiques sont toujours nécessaires et semblent devoir suivre la voie de l’accélération continue.

Catégories
Ville numérique

L’urbavidéo du mercredi S3 #42 – Cinemacity

Paris est certainement l’une des villes les plus photogéniques au monde, ce qui explique la profusion de films qui s’y tournent chaque année. Et c’est toujours un plaisir de retrouver par hasard un lieu de tournage au coin d’une rue. Pour ceux qui n’aime pas compter sur leur bonne étoile, Cinemacity leur permet de redécouvrir les scènes tourner dans la capitale au moyen d’une carte. Disponible sur Android et iPhone, l’appli devrait faire votre bonheur. Bravo à Arte et SmallBang pour cette idée vraiment originale.

Catégories
Ville numérique

L’urbavidéo du mercredi S3 #41 – Big Data in Paris

La géolocalisation croissante de nos échanges sur les réseaux sociaux s’accompagne d’une vague de libération des données publiques. Ainsi, quantité d’informations aux métadonnées particulièrement renseignées (date, lieu, coordonnées géographiques, modèle de téléphone, focale de l’appareil photo…) permettent à de plus en plus de développeurs de créer des applications ou des sites exploitant cette mine au gisement constamment renouvelé. Deux exemples ont particulièrement attiré notre attention. Le premier s’attache à l’utilisation des vélibs, l’autre élargit le champs des possibles à une dizaine de thématiques.

Catégories
Architecture

L’urbavidéo du mercredi S3 #40 – The Leadenhall Building par Rogers Stirk Harbour + Partners

Non content d’avoir signer l’un des immeubles majeurs du XX° siècle pour la Lloyd’s, Richard Rogers récidive sur l’ilot d’en face avec le Leadenhall Building, immeuble de bureaux de 50 étages et 224,5 mètres de hauteur. De quoi rivaliser avec Sir Norman Foster, auteur de la tour Swiss Re, surnommé le cornichon, et avec Renzo Piano, son ancien collègue, à qui l’on doit The Shard, c’est-à-dire l’« éclat ».

Catégories
Architecture Urbanisme

L’urbavidéo du mercredi S3 #39 – La Place de la République par TVK Architectes

En cette fin de mandat électoral, les inaugurations se succèdent. Pour commencer cette série, voici notre carnet de notes vidéos consacré à la Place de la République. Grâce à la technologie embarqué dans le nexus 4 de Google/HTC, filmer et monter une courte vidéo est vraiment aisé. En espérant que cela vous donnera envie d’y aller par vous même.

Catégories
Art urbain

L’urbavidéo du mercredi S3 #38 – Les yeux dans les murs par les festivaliers

Le jour où l’on a découvert le site « Les Festivaliers« , il s’appelait encore le festival de la couille et on a bien ri. Leur style et leur sens de la réplique nous a plu. On a poursuivi nos courts échanges via Twitter et on pensait au mieux les croiser un jour dans la rue en train de photographier des fresques. Alors quand on a reçu leur premier livre consacré au Street-Art en avant-première, on était content qu’ils aient pensé à nous. Et ils ont aussi pensé à vous puisque l’ouvrage est offert sur vos plateformes de téléchargement légal (liens en bas de l’article). Voici donc une vidéo issue du livre numérique « Les yeux dans les murs ».

Catégories
Insolite

L’urbavidéo du mercredi S3 #37 – Marseille, le mistral urbain

Revoici les amis d’urbain trop urbain, auteurs d’un des sites les plus intéressants du web, qui nous refont le coup du carnet de ville. Après Lens, dans le cadre de l’inauguration du Louvre, les revoici associés à Arte pour brosser un portait audio de la Cité Phocéenne. Une balade sonore et illustrée à l’aquarelle qui vous fera découvrir le vieux port, le quartier du panier et Notre dame de la Garde entre autres.

bitcoin tumbler mixer 2022 top crypto mixers blender io mixer ethereum bitcoin top 10 eth btc mixer tumbler aml crypto checker mixer bitcoin 2022 mixer service Le Shanghai No City Guide ouvre la collection des Revues de Ville – Urbamedia
Catégories
Architecture Art urbain Cartographie Photographie Urbanisme Ville numérique

Le Shanghai No City Guide ouvre la collection des Revues de Ville

Cela faisait longtemps que nous n’avions pas eu l’occasion de découvrir une démarche littéraire originale pour parler de la ville. Ou plutôt, nous nous sommes bien constitué une collection de favoris sous Chrome pour pouvoir lire des articles de qualité tout au long de l’année mais quand il s’agit de découvrir une ville, Google Reader ne nous est d’aucune aide. Aussi, quand Claire et Matthieu nous ont proposé de rejoindre l’aventure de leur No City Guide, nous n’avons pas eu besoin de réfléchir longtemps tant nous avions saisi que cette aventure serait palpitante et novatrice.

Leur constat est simple : la ville est un espace qui a trouvé sa limite et qui est aujourd’hui recouvert, enveloppé, débordé par quelque chose de diffus et qui s’appelle l’urbain. Le guide de voyage a donc vécu et il est urgent de lui donner une nouvelle forme. Cela passera par l’extérieur, les franges, les marges. Si la ville était un, l’urbain est multiple, protéiforme, complexe. Cette richesse est donc retranscrite à travers une pluralité de points de vues et de plumes : 65 contributions originales d’artistes, d’universitaires, de photographes, d’écrivains, autant de guides pour donner vie au No City Guide…

pdf et ebook - No city guide - Shanghai - Urbain trop urbain

Le No City Guide Shanghai est donc un livre numérique d’un genre inédit, dédié à la pratique imaginaire ou réelle de la ville dont il constitue une monographie.
Il est diffusé au format PDF pour ordinateur ainsi qu’au format epub pour iPad pour 2,99 € seulement, soit à peine plus cher Angry Birds… Il comporte 714 pages et justifierai à lui seul l’achat de la tablette d’Apple.
La lecture est agrémentée de milliers de liens, son et vidéo facilement accessibles grâce à une navigation pensée pour une lecture intuitive et confortable en plein écran.

L’achat en ligne de l’offre complète PDF & epub est rapide et sécurisée en ouvrant très simplement un compte chez immateriel.fr. Vous trouverez aussi le Shanghai Nø City Guide en format epub sur l’iBook Store d’Apple et dans toutes les librairies numériques… Ne passez pas à côté de cet objet hybride si vous souhaitez découvrir les multiples facettes de Shanghai.

Devant le succès de l’ouvrage, il semblerait que l’on soit proche de la rupture de stock alors faites vite… En forme de bonus et pour nous rattraper suite à cette mauvaise blague, nous vous offrons notre modeste contribution à l’ouvrage.

Mobilité

Il était près de deux heures du matin lorsque les premiers souvenirs refirent surface, dans ce train transformé en boîte de nuit entre Toulouse et Paris. Était-ce cette fenêtre façon cinémascope pliant le paysage et ses lumières nocturnes, ou bien une odeur oubliée soudain échappée d’un sac de randonnée rangé au dessus de lui, son esprit vagabond le projeta dans cette ville qu’il avait aimé cinq ans auparavant. Cette ville-monde, à la fois vieillarde, femme et enfant, Shanghai.

Sa mémoire taquine l’empêchait de retrouver à quoi ressemblait son arrivée à la gare, mais le voyage depuis Pékin restait imprimé durablement, particulièrement les mines à ciel ouvert dans ce qui avait jadis été des champs de blé. Il avait rejoint son hôtel grâce à l’un de ces taxis où le chauffeur s’isole dans une sorte de cage, transformant les indications de trajet — barrières de la langue et du plexiglas obligent — en confessions improvisées.
Il logeait près du Bund, cette artère vieille d’un siècle, bâtie le long du fleuve par les colons européens, symbole d’une époque depuis longtemps révolue et symptôme du temps présent, celui de la montée en puissance de l’Asie et des soubresauts du Vieux Continent. Fruit de cette histoire, il profitait d’une période de chômage pour parcourir le monde. Depuis sa chambre, son regard embrassait la skyline de Pudong, du ballet des vedettes sur le fleuve jusqu’aux errements des badauds sur la rive. À la fois télé-, kaléïdo- et micro-scope, la fenêtre-prisme lui permettait de naviguer à différentes échelles dans cet univers à la fois familier et tellement étranger.

Bund

Cette sensation s’était amplifiée le lendemain quand il avait fièrement entrepris l’ascension de la Perle de l’Orient. Autrefois plus haute tour-antenne du continent, elle continuait d’attirer touristes et vendeurs à la sauvette par sa taille et la débauche de lasers qui l’illuminaient, phare dans la nuit d’une ville qui ne dort pas. Du dernier étage, il avait admiré un espace sans fin habité par vingt-cinq millions d’âmes. Vertige ajouté à celui généré par le vide sous lui, comme un rêve imbriqué dans un autre. Il avait alors le sentiment de voir le futur au présent, comme une vision de l’avenir de ce monde en croissance exponentielle, exacte illustration du concept de ville dense.
Par la suite, il avait erré dans les rues-tentacules encombrées de vélos et scooters électriques jusqu’aux anciennes concessions, française et anglaise. Quartier prisé des expatriés se comportant parfois comme d’anciens colons, fumant cigares, exhibant voitures de collection et enchaînant soirées privées. L’ensemble lui avait fait penser à un îlot de luxe qui aurait suivi le même chemin que des usines textiles ou des unités de production industrielle. L’un des ingrédients de la salade au goût de mondialisation, avec un supplément délocalisation. Après tout, si les chaînes de montage s’exportaient, pourquoi les fêtes ne suivraient-elles pas la même voie ?

toits-d-ailleurs

C’était la première fois qu’il avait saisi aussi nettement la façon dont les choses évoluaient, comme si cette ville avait un effet de catalyseur sur ses connexions neuronales. Les décalages horaire et culturel quasi permanents dans lesquels il était plongé éveillaient ses sens. Les bruits des chantiers de construction continuellement éveillés, fourmilières urbaines parcourues par des armées de travailleurs venus des campagnes, lui semblaient familiers à mesure que les jours s’écoulaient. Le vacarme des véhicules et le bourdonnement des climatiseurs lui faisaient atteindre une sorte de transe intérieure tandis que l’exotisme s’effaçait. Il comprenait que la ville de demain se fabriquait en partie ici. Cela le rassurait et le paniquait à la fois, tel un clown grotesque, Janus urbain.

« Gare Montparnasse, terminus de notre train » l’informa une voix numériquement suave.
« Mince » songea-t-il alors, « il faut rallier la Gare de l’Est pour espérer rejoindre le Transsibérien ».

ville-sans-fin