L'exploration urbaine, à l'assaut de la ville

L’exploration urbaine, à l’assaut de la ville

L‘idée nous a tous traversé l’esprit de franchir la barrière et aller visiter cette ancienne usine abandonnée, ce bâtiment en travaux ou encore cette voie condamnée… Sur cette idée, l’exploration urbaine ou « Urbex » (urban exploration ou reality hacking en anglais) propose la visite des parties cachées de la ville, interstices rendus inaccessibles du fait des nombreuses frontières posées par les urbanistes, les architectes et les habitants ; ainsi que la visite des lieux abandonnés ou oubliés, morceaux de ville en phase de décomposition et de recomposition que sont les friches industrielles et autres installations décrépites en rupture avec l’organisme urbain.

Cette activité, initiée en France dans les années 1970 par l’investissement des carrières souterraines parisiennes comme lieu de fête par les étudiants du Quartier Latin, est désormais très spécialisée. Certains groupes ou personnes ne s’adonnent presque exclusivement qu’à la cataphilie ou à la toiturophilie, tandis que d’autres se spécialisent thématiquement dans la visite des friches industrielles, des ouvrages ferroviaires ou militaires…

Si la plupart des groupes prônent une approche éthique de l’urbex passant par le respect des lieux, l’absence de pénétration par effraction et parfois la demande d’autorisation d’accès, d’autres vont plus loin et font de l’ « infiltration » et de la clandestinité le motif premier de leurs investigations. En 2004 à Paris, un groupe baptisé « la mexicaine de perforation », en référence à un bar où ses membres avaient l’habitude de se retrouver, a ainsi aménagé une salle de cinéma clandestine de 400 mètres carrés à 18 m de profondeur sous la colline de Chaillot y organisant le festival de cinéma Urbex Movie.

Façonnées de pratiques et de motivations parfois très éloignées, les campagnes d’exploration urbaine sont le plus souvent immortalisées par la photo ou la vidéo. Ces documents très esthétiques nous proposent une vision inédite et poétique des coulisses de la ville moderne et de la beauté de l’abandon. Ils ont aussi une valeur patrimoniale en conservant la mémoire de lieux voués à la destruction et à la reconstruction.

Ressources sur l’exploration urbaine

4 Commentaires


  1. J’ai lu l’an dernier un livre sur ce sujet, passionnant, drôle et magnifiquement écrit (je l’ai ouvert et n’ai pas pu le refermer avant de l’avoir fini) :
    « La Culture en clandestins. l’UX » de Lazar Kunstmann (éditions Hazan)

    Pour information, Lazar Kunstmann est le porte-parole de « la mexicaine de perforation ».

    http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2754103414/

  2. Une belle activité qui me plairait de suivre… Un groupe sur Paris à votre connaissance ? merci en tout cas. A+
    guérilleusement, gabe
    http://www.guerilla-gardening-france.fr/

  3. Merci pour les éléments de lecture que vous proposez !

Trackbacks

  1. Tweets that mention L’exploration urbaine, à l’assaut de la ville | urbamedia -- Topsy.com
  2. L’urbavidéo du mercredi #35 : Undercity de Andrew Wonder | Urbamedia
  3. L’Urbavidéo du mercredi #41 : American Urbex | Urbamedia
  4. L’urbavidéo du mercredi S2 #31 – Skyliners Paris | Urbamedia
  5. L’urbavidéo du mercredi S2 #43 – Nipwitz, à la rencontre du Ski et de l’Urbex en Russie | Urbamedia
  6. Guns in the city : quand l’airsoft s’empare de l’environnement urbain | Citadin.org