L’urbavidéo du mercredi S3 #11 – La Tour Phare – Thom Mayne

L’urbavidéo du mercredi S3 #11 – La Tour Phare – Thom Mayne

La semaine dernière, nous inaugurions un cycle consacré aux nouvelles tours du Grand Paris. Place à la Tour Phare, 296 mètres de haut, conçue par Thom Mayne, sosie non officiel de Steve Jobs et architecte déconstructiviste américain, lauréat du Prix Pritzker en 2005. Depuis les années 1970, il prône, à la tête de l’agence Morphosis une architecture alternative et innovante, à l’aspect organique. Symbole du renouveau de la Défense à Puteaux, Phare est qualifié de « Tour nouvelle génération » par son programme mixte qui veut faire entrer la ville en son sein.

Officiellement annoncé le 25 juillet 2006 par Nicolas Sarkozy et Dominique Perben dans le plan de relance de La Défense, Unibail-Rodamco, l’organisateur de la consultation d’architecte, a désigné Thom Mayne comme lauréat le 27 novembre 2006. Le permis de construire a été accordé en août 2010. La livraison est prévue en 2017, après un démarrage des travaux à la fin de cette année.

La tour se situe sur la place Carpeaux à proximité immédiate du CNIT, autre propriété du promoteur, et de l’Arche de la Défense. L’immeuble comprend 70 étages au-dessus de la dalle pour une hauteur de 297 mètres au dessus de la dalle, ainsi que 6 étages en infrastructure par rapport au niveau de la dalle, pour une surface totale de 147 000 m2. Elle abritera majoritairement des bureaux mais également un restaurant panoramique au 66e étage, des espaces de détente pour les 8.500 cols blancs qui devraient y travailler.

La Tour Phare vise les certifications HQE LEED et BREEAM. Elle est d’ores-et-déjà labellisée « Bâtiment Durable », avec le niveau « Excellent » pour sa phase « Programme » par NF Bâtiments Tertiaires – démarche HQE. Concrètement, l’immeuble consommera 50 % d’énergie que les normes en vigueur. Comment l’architecte s’y est-il pris ? La tour sera couverte sur la façade sud d’une double peau, protégeant ainsi la façade exposée aux reflets du soleil pour limiter l’utilisation des climatiseurs. La façade nord elle, ne sera pas recouverte afin de laisser pénétrer la lumière et réduire les besoins en éclairage artificiel. Des escaliers de convivialité sont également prévus pour permettre de relier les étages, ainsi les utilisateurs de la tour pourront passer d’un étage à l’autre sans utiliser l’ascenseur. Chaque étage est indépendant énergiquement et un système de détection de la lumière naturelle sera mis en place afin de limiter la consommation électrique. Intelligent non ?

Grâce à l’IAURIF, voici de superbes intégrations 3D de la future balise urbaine du quartier d’affaires de l’ouest parisien.

Formidable réalisation sur le papier, le projet ne fait pourtant pas que des heureux. De nombreux riverains ne voient pas d’un bon oeil de se trouver plonger dans l’ombre du géant. D’autres estiment que le chantier compliquera leur accès à la dalle ou que les retombées financières pour les collectivités publiques. Fondées ou non, ces interrogations montrent une fois de plus que l’architecture est un art qui ne peut s’exempter de la concertation !

Pour en savoir plus, vous pouvez suivre les différents supports de communication suivants :
Le site internet officiel
La page Facebook
Le compte Twitter

tour-phare-1

tour-phare-2


Les commentaires sont clos.