Visite de la Caserne de Bonne, Grand Prix national EcoQuartier 2009

Visite de la Caserne de Bonne, Grand Prix national EcoQuartier 2009

Aujourd’hui, j’ai la chance d’être invité au colloque « Eco-renouvellement / Eco-rénovation : refaire la ville sur la ville avec les EcoQuartiers ». Cette réunion est organisé par le ministère de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement dans le cadre du Club national EcoQuartier. J’y participe en tant qu’Assistant à la Maîtrise d’Ouvrage pour une commune francilienne lancée dans la réalisation de son EcoQuartier depuis deux ans. L’occasion de côtoyer les différents porteurs de projets français et de partager nos questionnements et nos premiers retours d’expérience.

Arrivé à Grenoble Dimanche, je suis allé visiter l’EcoQuartier de la Bonne afin de vous faire partager mes impressions concernant cette ambitieuse opération. Située en plein centre-ville grenoblois, à mi-chemin entre la gare et l’hôtel de ville, l’EcoQuartier est en cours de réalisation sur le site d’une ancienne caserne, au sein d’un tissu urbain diversifié, mêlant bâti ancien, immeubles des années 30 à 70 et opérations d’ensembles des années 80 à 90. Le premier défi pour les concepteurs a donc été de rattacher l’EcoQuartier à cet ensemble relativement hétéroclite afin qu’il ne constitue pas un isolat.

Parc Bonne

Pour cela, les espaces publics nouvellement créés s’insèrent dans la structure paysagère et viaire alentour. Un grand parc linéaire constitue le coeur du quartier, à la fois poumon vert, bassin de récupération des eaux pluviales et parc urbain accueillant jeux d’enfants et espaces de détente. Largement dimensionné, il s’offre au plus grand nombre sans compromettre les vues vers les montagnes constituant le grand paysage de la ville, ni celles vers le bâti préexistant en partie conservé.

Plan ZAC Bonne

De part et d’autre, on retrouve les opérations d’habitat et des commerces. La lecture spatiale des trois sphères du développement durable (environnementale, économique et sociale) est ainsi à la fois simple et directe. La mixité fonctionnelle de l’ensemble est ostentatoire, comme pour affirmer que l’on est bien dans un EcoQuartier et que les erreurs du passé, zoning et spécialisation en tête, ont été digérées. Ainsi, au sud de l’opération, on trouve une densité importante d’immeubles d’habitation. Nul besoin d’une boussole pour se guider, il suffit d’observer leurs facades pour ne pas perdre le Nord. C’est l’un des atouts de l’architecture bioclimatique ; Les facades ouest et sud se chargent de balcons, de bow-windows et de larges surfaces vitrées afin de profiter au maximum des apports en lumière et chaleur. A l’inverse, les facades est et nord se font plus austères. Bon nombre de toitures terrasses sont également équipées de capteurs photovoltaïques afin de produire eau chaude sanitaire et éclairage des parties communes à moindre coût.

Immeuble CROUS

Les pieds d’immeubles sont traitées de diverses manières afin de résoudre le problème de leur inoccupation chronique dans les quartiers récents. Plusieurs commerces, bureaux ou services publics se sont ainsi installés en rez-de-chaussée. Ailleurs, un mur opaque masque des jardins intérieurs privatifs pour les habitants des logements de plein-pied. L’occupation la plus originale est visible dans la résidence du CROUS. De grands garages à vélo clos de grilles permettent aux étudiants d’y garer leurs deux roues afin de les insister à les utiliser au maximum. Les étages inférieurs et supérieurs sont occupés par des silos à voitures. Enfin, à partir du deuxième étage, on trouve les chambres. L’ensemble s’insère très bien dans l’îlot et on peut penser que ce type de conception architecturale sera reprise ailleurs, si ce n’est pas déjà le cas.

L’EcoQuartier de Bonne à Grenoble


Lien vers la Galerie complète

Une ligne de Tramway et trois lignes de bus irriguent l’ensemble du quartier afin de pousser les futurs habitants à utiliser au maximum les transports en commun. En parallèle, les possibilités de circulation des véhicules sont donc réduites au minimum et rejetées à l’extérieur sur les voies préexistantes. Le coeur du quartier est donc plus ou moins réservé aux piétons et aux cyclistes, ce qui est vraiment agréable pour se promener.

Centre commercial Bonne

L’esprit ouvert, le promeneur peut ainsi se muer en consommateur. L’ensemble commercial s’intègre naturellement au nord du quartier pour l’accueillir. Une triple séquence mi-ouverte mi fermée, mi-couverte mi-à ciel ouvert, mi-privée mi-publique regroupe un supermarché, des boutiques et des cafés. Le traitement graphique des enseignes est standardisé à dominante verte, couleur apaisante parmi toutes. Dans ce centre commercial qui semble ne pas vouloir dire son nom, tout a été fait pour prendre soin du client. Traitement soigné des parcours, alternance des espaces en terrasses et des galeries marchandes, expurgées de leurs traditionnelles couleurs criardes et de musiques inaudibles. Les chalands doivent se sentir à leur aise et cela semble fonctionner à en juger par leur nombre en ce lundi après-midi.

Aussi, cet EcoQuartier affiche toutes les qualités que les citadins exigent aujourd’hui : Logements individualisés au sein d’ensemble résidentiels denses, commerces et emplois à proximité, espaces verts et publics de qualité, transports en commun performants à deux pas. Ainsi, la ZAC de Bonne « se distingue comme un quartier durable exemplaire, porteur d’excellence globale, répondant aux enjeux du développement durable et illustrant l’esprit du Grenelle de l’Environnement », ont estimé les membres du jury du Grand Prix national EcoQuartier 2009. Nous n’avons toutefois pas le recul nécessaire pour juger de l’appropriation réelle du quartier par ses habitants. Rendez-vous d’ici quelques années pour voir comment la greffe aura réellement pris.

Etang Bonne

FOCUS

ZAC de Bonne à Grenoble : Fiche technique
Aménageur : Sages.
Marché de définition (2002) : Christian Devillers, urbaniste (mandataire).
Architecte en chef et maîtrise d’œuvre espaces publics : Loïzos Savva, agence Aktis, architecte-urbaniste.
AMO : Olivier Sidler, Enertech, BET thermique.
Maîtrise d’œuvre parc : Jaqueline Osty, paysagiste.
Surface : 8,5 ha.
Programme : 850 logements, dont 35 % sociaux ; une galerie commerciale (16 000 m² Shon) ; résidence étudiante (3 100 m² Shon) ; bureaux (2 500 m²) ; hôtel (80 chambres) ; cinéma d’art et d’essai ; école élémentaire bioclimatique (17 classes) ; établissement pour personnes âgées.


Pas de commentaire


Trackbacks

  1. Visite de la Caserne de Bonne, Grand Prix natio...