Catégories
Ville numérique

L’urbavidéo du mercredi S3 #41 – Big Data in Paris

La géolocalisation croissante de nos échanges sur les réseaux sociaux s’accompagne d’une vague de libération des données publiques. Ainsi, quantité d’informations aux métadonnées particulièrement renseignées (date, lieu, coordonnées géographiques, modèle de téléphone, focale de l’appareil photo…) permettent à de plus en plus de développeurs de créer des applications ou des sites exploitant cette mine au gisement constamment renouvelé. Deux exemples ont particulièrement attiré notre attention. Le premier s’attache à l’utilisation des vélibs, l’autre élargit le champs des possibles à une dizaine de thématiques.

BIKE SHARE MAP

La prochaine fois que vous louerez un vélib, vous repenserez peut-être à cette infographie. Très riche, elle renseigne sur le nombre de vélos par station, le nombre d’emplacements libres et de vélos disponibles. Au delà de ça, elle dessine en creux les quartiers les moins bien desservis. Utile quand vous vous rendez dans un quartier que vous ne connaissez pas. Il est également possible de regarder les périodes creuses pour emprunter/remettre un vélo.

Big-data-paris-2

Big-data-paris-1

WATCH DOGS – WEAREDATA

La seconde infographie a été développée par Ubisoft pour appuyer un jeu vidéo qui sortira à la rentrée. Les données qui jouant un rôle central, l’idée de les représenter dans l’univers réel nous semble excellente et brouille un peu plus les cartes. Sans jeu de mots.

Big-data-paris-4

Big-data-paris-3

Par Aurélien MICHAUD

La ville est ma passion. J'aime y vivre pour aprécier les jeux de lumières sur les murs d'un immeuble, la musique qui s'échappe des salles de concert ou les odeurs qui montent du bitume les jours d'orage.
A travers mon métier de Géographe - Urbaniste au sein de l'atelier TEL, je l'étudie chaque jour pour élaborer PLU et autres EcoQuartiers.

Une réponse sur « L’urbavidéo du mercredi S3 #41 – Big Data in Paris »

[…] La géolocalisation croissante de nos échanges sur les réseaux sociaux s’accompagne d’une vague de libération des données publiques. Ainsi, quantité d’informations aux métadonnées particulièrement renseignées (date, lieu, coordonnées géographiques, modèle de téléphone, focale de l’appareil photo…) permettent à de plus en plus de développeurs de créer des applications ou des sites exploitant cette mine au gisement constamment renouvelé. Deux exemples ont particulièrement attiré notre attention. Le premier s’attache à l’utilisation des vélibs, l’autre élargit le champs des possibles à une dizaine de thématiques.  […]

Les commentaires sont fermés.